Médiaforma

All posts tagged interface

En programmation objet, les interfaces permettent d’indiquer quelles méthodes publiques une classe doit implémenter. Leur principal intérêt est de garantir que toutes les classes qui l’implémentent donneront accès aux méthodes spécifiées dans l’interface.

L’utilisation d’interfaces trouve son utilité dans des projets impliquant plusieurs programmeurs ou développés de façon modulaire.

Voyons comment mettre en œuvre une interface dédiée à la formation PHP. Les classes qui implémenteront cette interface devront elles-mêmes implémenter les méthodes publiques programme() et pratique().

Voici le fichier interface.php correspondant :

<?php
interface formationPHP{
  public function programme();
  public function pratique();
}
?>

Nous allons maintenant définir deux classes qui implémentent l’interface formationPHP.

Voici le code de la classe debutant (debutant.class.php) :

<?php
  require_once "interface.php";
  class debutant{
    public function programme() {
      return "<ul><li>Instructions</li><li>Fichiers</li><li>Transmission de données</li></ul>";
    }

    public function pratique() {
      return "Exercices pour appréhender le langage.<br>";
    }
  }
?>

Remarquez l’instruction require_once au début du listing, pour faire référence à l’interface.

Et voici le code de la classe avance (avance.class.php) :

<?php
  require_once "interface.php";
  class avance{
    public function programme() {
      return "<ul><li>Superglobales</li><li>POO</li><li>BDD</li></ul>";
    }

    public function pratique() {
      return "Nombreux exercices de tous niveaux.<br>";
    }
  }
?>

Il ne reste plus qu’à utiliser les classes debutant et avance en définissant un quatrième fichier PHP (formation.php) :

<!DOCTYPE html>
<html>
  <head>
    <meta charset="UTF-8" />
    <title>Utilisation des classes debutant et avance</title>
  </head>
  <body>
    <?php
      include_once("debutant.class.php");
      include_once("avance.class.php");
      $coursDebutant = new debutant;
      $coursAvance = new avance;
      echo "<b>Formation pour débutants PHP</b><br>";
      echo "<i>Programme :</i><br>";
      echo $coursDebutant->programme();
      echo "<i>Pratique :</i><br>";
      echo $coursDebutant->pratique();

      echo "<br><b>Formation avancée PHP</b><br>";
      echo "<i>Programme :</i><br>";
      echo $coursAvance->programme();
      echo "<i>Pratique :</i><br>";
      echo $coursAvance->pratique();
    ?>
  </body>
</html>

Les classes debutant et avancé sont incluses au début du script avec la fonction include_once.

Les objets $coursDebutant et $coursAvance sont alors créés en instanciant les classes debutant et avance.

Le texte Formation pour débutants est alors affiché en gras.

Puis le mot Programme est affiché en italique.

Pour obtenir le programme de la formation PHP pour débutants, on invoque la méthode programme de la classe coursDebutant. Les notions abordées dans le programme sont alors affichées, retournées par la méthode programme.

Le texte pratique est alors affiché en italique puis la méthode pratique de l’objet coursDebutant est invoquée pour afficher le type d’exercices effectués dans la formation débutant.

Des instructions du même type affichent le programme et le type d’exercices pratiqués dans la formation PHP avancée.

Exécutons ce code dans WAMP Server. Les méthodes programme et pratique des objets coursDebutant et coursAvance sont bien accesibles et retournent bien les informations attendues.


Comme tous les langages, Java est composé d’un certain nombre de mots-clés. Nous allons les passer en revue dans cette section.

Commentaires

Pour faciliter la compréhension et la maintenance du code, il est souvent utile d’ajouter des commentaires dans le source d’une application ou d’une applet.

Le langage Java supporte trois types de commentaires :

Commentaires – Premier type

Les caractères “//” définissent un commentaire sur une (et une seule) ligne qui s’étend jusqu’au retour chariot de fin de ligne.

Les deux exemples ci-après sont corrects :

// Ce commentaire occupe une ligne
for (i=1; i<10; i++) // Le traitement est répété 10 fois

Par contre, l’exemple ci-après est incorrect. Les caractères “//” ne peuvent pas être placés à l’intérieur d’une instruction :

for (i=1; // Le traitement est répété 10 fois i<10; i++)

Commentaires – Deuxième type

Les signes “/*” et “*/” peuvent être utilisés pour placer des commentaires sur plusieurs lignes ; par exemple :

/* Ceci est un commentaire
   qui occupe deux lignes */

Contrairement au premier type de commentaire (//), il est ici possible de placer un commentaire à l’intérieur d’une instruction :

for (i=1; /* Le traitement est répété 10 fois */ i<10; i++)

Commentaires – Troisième type

Ce type de commentaire est destiné au programme javadoc.exe, livré avec le SDK. Il permet de documenter automatiquement une application.

Sans entrer dans les détails, sachez que les lignes de code qui commencent par les caractères “/**” contiennent des commentaires qui seront automatiquement insérés dans un document HTML lors de l’exécution du programme Javadoc.

Exemple :

/** Ces commentaires
  sont destinés au
  système JAVADOC
  qui génère de la documentation
  API à partir du code */

Identificateurs

Le terme “identificateurs” désigne les constantes, les variables et les objets utilisés dans le langage. Ces derniers commencent obligatoirement par une lettre (A à Z, a à z, ou une autre lettre appartenant au jeu de caractères Unicode dont la valeur hexadécimale est supérieure à H00C0), un caractère de soulignement (_) ou un dollar ($). Les caractères suivants peuvent être des lettres, des caractères de soulignement, des dollars ou des chiffres.

Par exemple, les noms suivants peuvent être utilisés pour référencer un identificateur :

Var12_5
Bien_que_très_long_ce_nom_est_acceptable
$Celui-ci_aussi

Par contre, ces deux identifiants ne sont pas autorisés :

Nombre d'itérations
4Var

Le premier, parce qu’il contient un espace. Le second, parce qu’il commence par un chiffre.

Remarque
Unicode est un standard qui permet des échanges de texte dans différentes langues.

Mots réservés du langage

Le tableau ci-après liste les mots clés du langage. Ces derniers ne peuvent pas être utilisés comme noms de variable, d’objet, de classe, etc. Leur utilisation sera décrite dans la suite de l’ouvrage.

Mot clé Signification
abstract Définit une classe ou une fonction qui n’a pas été totalement implémentée.
boolean Déclaration d’une variable booléenne.
break Fin prématurée d’une boucle.
byte Déclaration d’une variable byte.
case Teste si une variable a une valeur particulière dans un bloc switch.
catch Traitement suite à une exception.
char Déclaration d’une variable char.
class Déclaration d’une classe.
const Ce mot est réservé mais pas utilisé dans le langage.
continue Interdit l’exécution d’une boucle lorsqu’une condition logique est satisfaite.
default Permet d’exécuter un bloc d’instructions lorsque aucune des constantes case ne concorde avec l’expression placée après le mot switch.
do Boucle do while.
double Déclaration d’une variable double.
else Dans une instruction if else, permet d’exécuter un bloc d’instructions si la condition if n’est pas satisfaite.
extends Permet de sous-classer une classe parent.
false Valeur booléenne false.
final Indique à Java que la classe courante ne peut être sous-classée.
finally Permet d’exécuter systématiquement une portion de code à chaque occurrence d’une exception.
float Déclaration d’une variable float.
for Exécute répétitivement un bloc d’instructions.
goto Ce mot est réservé mais pas utilisé dans le langage.
if Teste une condition logique.
implements Détermine l’interface à utiliser.
import Fait référence à un package Java externe.
instanceof Détermine le type d’un objet.
int Déclaration d’une variable int.
interface Indique à Java que le code qui suit doit être utilisé pour définir une nouvelle interface.
long Déclaration d’une variable long.
native Permet d’appeler un programme externe.
new Permet de définir une nouvelle instance de classe.
null Correspond à une valeur non existante.
package Indique à Java le nom du package auquel se réfère le code qui suit.
private Définit une classe, une méthode ou une variable private.
protected Définit une classe, une méthode ou une variable protected.
public Définit une classe, une méthode ou une variable public.
return Définit la valeur retournée par une classe ou une méthode.
short Déclaration d’une variable short.
static Définit une classe, une méthode ou une variable static.
super Fait référence à la classe parent de la classe courante.
switch Permet d’effectuer un test multiple sur une variable.
synchronized Indique à Java qu’une seule instance de cette méthode peut être exécutée à la fois.
this Fait référence à l’objet courant.
throw Indique à Java qu’une exception particulière (autre que Errors et Runtime) doit être traitée dans le prochain bloc catch.
throws Détermine les exceptions gérées par le programmeur dans une déclaration de méthode.
true Valeur booléenne true.
try Définit un bloc de code dans lequel une ou plusieurs exceptions peuvent se produire. Un bloc try doit être suivi d’un bloc catch qui traite les exceptions correspondantes.
void Déclare une procédure Java qui ne renvoie aucune valeur.
volatile Les variables de type volatile peuvent changer de valeur indépendamment du programme Java (date et heure système par exemple)
while Exécute répétitivement un bloc d’instructions.

 


Maintenant que WordPress est installé, il vous suffit de taper votre nom de domaine dans la barre d’adresse du navigateur pour accéder à votre blog.

Pour l’instant, il n’y a pas grand-chose d’intéressant sur votre blog, mais ceci est tout à fait normal puisque vous n’avez encore saisi aucune donnée. Remarquez cependant que le titre du site est affiché dans la partie supérieure, qu’un menu élémentaire a été automatiquement défini et qu’il est entièrement fonctionnel.

Vous allez maintenant vous rendre dans l’interface d’administration de votre blog pour modifier son allure. Tapez votre nom de domaine suivi d’un slash et de wp-admin dans la barre d’adresses et appuyez sur la touche Entrée. Ici, le nom de domaine utilisé est www.mflearning.com. Vous devez bien entendu remplacer ce nom de domaine par votre propre nom de domaine.

Entrez vos identifiants de connexion, tels que vous les avez définis dans l’étape précédente puis cliquez sur Se connecter. Si vous utilisez un ordinateur personnel, vous pouvez cocher la case Se souvenir de moi. Ainsi, lors de vos prochaines connexions à l’interface d’administration de votre blog, il vous suffira de saisir votre identifiant. Le mot de passe correspondant sera automatiquement saisi.

L’interface d’administration affiche le tableau de bord de votre site.

Vous y trouvez entre autres :

  • Quelques liens pour vous aider à faire vos premiers pas avec votre blog
  • Un résumé des articles, pages, catégories, commentaires, etc. de votre blog. Remarquez les couleurs qui mettent en avant les commentaires approuvés (vert), en attente d’approbation (orange) et indésirables (rouge).
  • La liste des derniers commentaires. En pointant un commentaire, vous pouvez le désapprouver, y répondre, modifier son contenu, le traiter comme indésirable ou le supprimer.
  • Le module Press-Minute vous permet de publier rapidement un article, directement depuis le tableau de bord. Entrez un titre, un peu de texte, cliquez éventuellement sur Ajouter un média pour ajouter une image et cliquez sur Publier pour publier l’article.
  • WordPress sauvegarde les articles en cours d’écriture toutes les 60 secondes. Si vous fermez le navigateur avant qu’un article ne soit publié, la dernière version sauvegardée (appelée brouillon dans le jargon WordPress) est toujours accessible grâce au module Brouillons récents.
  • Les modules Blog WordPress et Autres actualités de WordPress donnent des informations sur les événements liés à WordPress et sur différentes techniques utiles en rapport avec WordPress.
  • Le module Liens entrants dresse la liste des derniers sites qui pointent vers votre blog. Ici, étant donné que le blog vient juste d’être créé, cette liste est encore vierge.
  • Enfin, le module Extensions vous suggère d’installer des extensions populaires et/ou récentes. Nous y reviendrons un peu plus loin dans cette formation.